Editorial

 

Mise en oeuvre pratique de la monnaie européenne

 
Le retour à la stabilité entre les monnaies européennes et l'entrée en vigueur depuis le 1er janvier 1994 de la seconde phase de l'UEM permettent d'envisager, à nouveau, la mise en place de la monnaie unique. Puisque, en général, on estime à 4 ou 5 ans le temps nécessaire à une préparation approfondie de sa mise en place, il est urgent de se préoccuper de cette question, si on veut instaurer la monnaie européenne avant l'an 2000.

Les débats sur les problèmes macroéconomiques du passage à la troisième phase ayant maintenant éclairci l'horizon et l'IME ayant bien avancé dans la tâche qui lui était impartie, on peut, désormais, mettre l'accent sur les problèmes pratiques. Ce numéro de la revue, divisé en trois parties, présente l'état de la question en faisant connaître des travaux et des études récemment réalisés sur ce sujet.

I. Le cadrage. La démarche vers la monnaie unique doit être replacée dans un cadre plus vaste. En effet, l'UEM avec la monnaie unique est un élément d'une entreprise visant, à plus ou moins long terme, à assurer durablement la cohésion économique et sociale de l'Union Européenne. Une politique monétaire unique assurera la gestion de cette monnaie qui, vu l'importance commerciale de l'Europe, est appelée à jouer un rôle essentiel sur la scène internationale.

II. Les interrogations. Toute action d'envergure commence, dans un premier temps, par un inventaire soigneux des problèmes à résoudre. On trouvera ci-après les résultats des travaux de groupes spécialisés de l'AUME et de l'ABE qui cernent les questions à régler avec une grande acuité. Ces études sont illustrées par les prises de position d'une grande entreprise, d'une banque et d'un porte-parole des points de vue non européens.

III. L'approche. Il est encore trop tôt pour que soient apportées des réponses à tous ces problèmes, cependant on peut déjà jalonner le cheminement. Le contexte, la procédure et les limites de l'action doivent être définis avec précision de manière à ne pas perdre un temps désormais précieux à des discussions dans des cercles multiples et à des études variées sur des questions qui ne seraient que des faux problèmes. Des précédents relatifs à la création d'une nouvelle monnaie existent, on s'y réfère pour avancer déjà quelques propositions.

La mise en place par la Commission Européenne d'un groupe d'experts indépendants chargé d'étudier les modalités du passage à la monnaie unique arrive donc à un moment particulièrement opportun. Ce groupe qui a tenu sa première réunion le 2 juillet, doit pouvoir élaborer les principaux éléments d'une approche cohérente, bien argumentée et clairement énoncée de façon à obtenir une large adhésion en faveur du processus envisagé. "ECU" compte pouvoir présenter le rapport de ce groupe et les réactions qu'il aura suscitées dans le numéro d'avril prochain.

 

Le comité de rédaction